Impression rétinienne n°7 : LE SILLON / Valérie Manteau / Le Tripode / [ Maj : Prix Renaudot 2018]

Sillon

Voyez-vous, je digère depuis une dizaine de jours les quelques graines semées en moi par Le Sillon, deuxième roman de Valérie Manteau publié au Tripode. C’est un roman sur lequel il est dur d’écrire. Je suis rassuré, d’une certaine manière, à la lecture des articles rédigés par des journalistes : je ne suis pas le seul à qui le livre, dans son originalité, échappe. Indiscutablement, Le Sillon semble se dérober à tout discours.

Rappelons brièvement que Valérie Manteau a notamment fait partie de l’équipe de Charlie Hebdo de 2008 à 2013. Les funestes événements de 2015 servent de point de départ à la réflexion de la narratrice sous la forme de l’interrogation presque provocatrice : « Qu’est-ce qui fait que la France est encore un symbole si important que le monde entier s’est levé pour Charlie » (p.21).
Le ton est donné car la narratrice est à l’instar d’Istanbul qu’elle parcourt : à cheval sur le Bosphore, entre l’Europe et l’Orient.

Tout au long du récit, accompagné de l’écrivaine et de la narratrice, binôme indivisible, j’ai eu l’impression d’être immergé dans la ville, dans ses splendeurs comme dans ses misères. Un sentiment justifié par la nécessité de l’écrivaine à trouver le mot juste afin de peindre le plus explicitement possible l’Istanbul d’aujourd’hui et par là, la Turquie. Nous avons pour la plus part une vision assez floue de ce pays souvent limité dans notre imaginaire à la mosquée Sainte-Sophie, au génocide arménien et au régime de Recep Tayyip Erdoğan qui dérive dans un despotisme de plus en plus marqué. Abreuvés par les nouvelles qu’on nous donne, d’ailleurs souvent imprécises, nous nous construisons une image mentale faussée de l’actuelle Turquie. La force du Sillon, c’est de savoir mettre en exergue, par le prisme d’une histoire d’amour entre la narratrice et son amant turc à Istanbul, l’ambivalence de la Turquie, ses contradictions et l’impuissance de sa jeunesse face au verrouillage politique, notamment depuis le coup d’état de 2016. Cette histoire d’amour va servir d’approche et de confrontation entre deux cultures.

Le discours s’engage très vite sans oublier pour autant la construction autofictionnelle du récit. Cependant, l’ouvrage mêle aux péripéties de la narratrice, les souvenirs d’un personnage aux allures de fantômes : Hrant Dink, un journaliste turco-arménien assassiné en pleine rue par un jeune nationaliste turc en 2007 devant les bureaux de son journal, Agos (vieux mot turc et arménien qui signifie le « sillon ») dans l’indifférence presque générale. Le récit s’applique alors à retracer, sous la forme d’une enquête journalistique, les moments clés de la vie de Dink et d’interroger sa mort. L’homme devient l’un des personnages clés et justifie à la fois les déambulations et les engagements de la narratrice. S’il s’agit d’un ouvrage en grande partie politique n’oublions pas pour autant le regard plein de dérision qui parcourt l’ouvrage. La narratrice relève ses propres failles : son incapacité à prononcer convenablement les mots et noms turcs, l’incongruité de certaines situations plutôt cocasses (je pense notamment à son errance dans le cimetière arménien alors qu’elle cherche la tombe de Dink) et ses mots acérés envers les occidentaux qui viennent en Turquie parce que les implants capillaires sont moins coûteux. N’oublions pas, non plus, les personnages hauts en couleur qui l’accompagnent et participent à son quotidien stambouliote.

Valérie Manteau

Valérie Manteau (© Sigolène Vinson/Le Tripode)

C’était en 2007, donc. Dix ans après, Aslı Erdoğan, écrivaine devenue l’une des figures de l’opposition à cet Erdoğan antagoniste et qui était l’un des rares soutiens de Dink alors qu’il était persécuté, subit aujourd’hui l’exil après avoir supporté durant plusieurs mois les prisons et les procès turcs. Aslı Erdoğan, croisée au détour d’une rue, devient personnage de roman : fiction et réalité se mêlent ainsi intrinsèquement et confère de fait au roman la valeur du témoignage.
La narratrice assiste aux procès, se mêle à une jeunesse turque à la fois révoltée et démobilisée. Face à cette réalité, le souvenir de Hrant Dink la hante et la heurte comme pour interroger en écho le silence quasi général de la communauté internationale après le meurtre du journaliste. N’est-ce pas pourtant pour ces mêmes raisons que l’on s’est mobilisé après les attentats de Charlie Hebdo ou que l’on soutient aujourd’hui des écrivains comme Aslı Erdoğan ?

Agos ou Le Sillon, c’est donc cette trace laissée à la surface d’un champ après le labour. Cela implique de remuer. Merci à ce livre d’avoir le courage poétique de remuer son lecteur, de le confronter à la Turquie complexe d’aujourd’hui, d’en rappeler la nature hybride tant orientale qu’occidentale qu’Istanbul plus que tout autre ville au monde représente. D’oser aussi sortir le lecteur de son confort et d’interroger les injustices et les contradictions silencieuses de notre temps.

Un court extrait ?

 » Tu vas écrire sur Hrant alors ? Sur Hrant, sur Naji, sur toi. Soupir. Ce serait trop te demander de me laisser en dehors de ça ? Si tu veux mon avis (je fais non de la tête) tu n’as pas besoin de ce détour pour comprendre ce qui nous arrive, tu pourrais aussi bien le voir directement. Au lieu de quoi tu ajoutes des écrans de morts aux vivants pour te planquer, tu n’iras nulle par avec tous ces boulets au pied. Mais précisément, je dis, je ne veux aller nulle part. Je reste ici. « 

Je vous conseille, outre la lecture du livre, de visionner cet extrait de La Grande librairie dans lequel Valérie Manteau parle de son roman :

***

J’étais plus enclin à poursuivre mon journal « Face A », déjà un peu délaissé, pour vous dépeindre ma rencontre sidérante avec la T-rex Trix triomphalement venue voyager post-mortem à Paris mais ce sera pour plus tard car, y réfléchissant, il était temps que j’avance dans mon exploration de la rentrée littéraire et Le Sillon me possédait un peu trop.

Le Sillon, Valérie Manteau, Le Tripode : pour en savoir plus, CLIC

5 réflexions sur “Impression rétinienne n°7 : LE SILLON / Valérie Manteau / Le Tripode / [ Maj : Prix Renaudot 2018]

  1. Merci pour cet article, le livre a l’air absolument fascinant… mais pas le plus facile d’accès.
    J’ai déjà Et quelquefois j’ai comme une grande idée et l’Infinie Comédie qui m’attendent donc je ne vais pas me rajouter une lecture exigeante tout de suite, mais je note pour le futur !

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: C’est le 1er, je balance tout ! #20 – Histoires vermoulues

  3. Pingback: Impression rétinienne n°8 / CALME ET TRANQUILLE / Valérie Manteau / Le Tripode – Lisez Voir !

Répondre à Pauline Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.