Face A | Lundi 10/09/18

Lundi 10/09/18

Rentrée

Ce matin, j’ai décidé d’oser le Je et j’ai failli mourir un pigeon planté entre les deux yeux. Le volatile volait bas et comme je suis grand, il a manqué de me percuter. Un instant seulement je me suis imaginé au sol, mort ou presque, entouré des passants affolés ou indifférents, un petit filet sanguinolent qui s’écoule du côté de mon visage aux yeux révulsés. Des plumes auraient été projetées partout à mesure que le pigeon aurait tenté de retirer son bec à la force de sa gorge endolorie par le choc et puis imaginez ses petites pattes, dont l’une réduite à l’état de moignon, repousser et griffer mes joues afin d’extraire son Excalibur coincée par son inattention ou la mienne.

Mais ça n’a pas eu lieu car je me suis penché.

L’origine de cette aventure dans la rue où volent ces étranges avions à rémiges était d’aller profiter d’une carte cadeau Fnac reçue pour mon anniversaire. J’y suis donc allé avec l’idée d’acquérir certains des livres dont je vous avais parlé comme d’un horizon voilà quelques semaines. Le problème d’un horizon temporel c’est qu’il arrive plutôt rapidement tandis qu’un horizon physique ou optique, vous pouvez bien lui courir après il s’adaptera, narquois, à votre pas. C’est pourquoi finalement, l’expression d’horizon était peut-être mal choisie.

La rentrée littéraire est arrivée avec sa débauche de couvertures et d’articles, d’attente fébrile des prix à tomber comme les pommes tardives à la campagne ou sous les serres partout. J’étais bien en peine, rue de Rennes, pour trouver ce que je cherchais. Autant le Zulma était bien visible grâce à la couverture, le Minuit à sa blancheur étoilée aussi, autant trouver les livres du Tripode et de l’Ogre a été plus compliqué, surtout pour l’Ogre dont le requin rouillé de la couverture peinait à sortir son aileron de l’eau. J’ai dû demander à une libraire, naufragée à la dérive après une vague de papier scélérate. Elle a pincé les lèvres, de perplexité chagrine sans doute, après avoir entendue ma réponse à sa question :

« – C’est quel éditeur ?
– Les éditions de l’Ogre. »

Mi-sourire mi-moue, entre la révérence et l’irrévérence, elle retourne écumer les couvertures avec moi, grand benêt plus perdu qu’elle. Après quelques minutes, le sésame se retrouve entre mes mains et je lâche qu’il y a trop de livres, que j’étais passé devant quelques minutes plus tôt sans le voir, que je la remercie et elle me répond :

« – Oui, c’est pour la mémoire surtout que c’est dur. »

La carte cadeau allégée, je suis sorti rue de Rennes et j’ai fait quelques pas en repensant aux règles et aux lois qui doivent régir les présentoirs d’une Fnac en plein mois de rentrée littéraire. Je suis descendu puis me suis engouffré dans les couloirs aux âcres senteurs d’urine de la station de métro, en pleine esquive des travailleurs pressés d’aller manger dans les divers restaurants du coin. J’ai attendu le train, les yeux plongés dans le sac Fnac à me demander par quoi commencer ma lecture. Je choisis Ça raconte Sarah.

Après être monté dans le ver de fer aux mugissements d’enfer, je me suis assis et j’ai sorti le livre à la couverture blanche. Je suis pourtant réfractaire à la lecture dans le métro car en tant normal mes yeux lisent sans lire si bien qu’à la reprise d’un chapitre je suis obligé de revenir en arrière. Mais cette fois, les premières pages du livre de P. D-A ont rendu silencieux les crissements et grincements du monstre, ont coupé la chique aux gamins criants et me voilà en une trentaine de pages déjà arrivé, le temps comme avalé par une sorte de concert illustré. C’est remarquable comme début. À voir la suite.

Je suis plein d’espérance.

D’ailleurs, elle sera au Divan (dans le XVe) ce mercredi à 19 heures.

Note : bientôt, je ferai un article dessus. Aussi, je continuerai ce petit journal.

espérance

3 réflexions sur “Face A | Lundi 10/09/18

  1. Même si j’avais du mal à y croire, ton premier paragraphe m’a un peu inquiétée, aha. Et tu fais partie de ces gens à qui on offre des cartes cadeau, ah ouais d’accord… (jalouse ? Moi ? Naaaaan)

    J’ai bien aimé le ton de ton article, aha, ça m’a fait sourire à quelques reprises. Hâte que tu nous parles de ces lectures alors ! (enfin, si ça t’inspire surtout)

    Aimé par 1 personne

Répondre à lisezvoir Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.